(+225) 2722 525 952 / 0143 777 000 / 0554 888 555


Valorisation de la pomme d’anacarde : A la découverte de ses larges opportunités alimentaires

C'est la déclaration faite le 22 mars 2018 par Veerle Van Waesberghe, chef de projet, chargé du transfert des connaissances et des compétences, de l'aménagement des espaces économiques et naturels du Taï et de la Comoé (Profiab). C'était lors d'une conférence de presse axée sur la mise en valeur des atouts de la noix de cajou.

Organisée par la Coopération Internationale Allemande basée en Côte d'Ivoire (Giz), en partenariat avec le Conseil Coton et Cajou, cette rencontre avec les médias s'est déroulée autour du thème: «La valorisation de la pomme cajou, sa transformation et les opportunités pour une agriculture durable et génératrice de revenus dans les localités de production ».

Ainsi, Veerle Van Waesberghe a noté que la pomme de cajou offre toute une panoplie de dérivés à transformer. À savoir, confitures, bonbons, gâteaux, jus de fruits, vin, bière, liqueur, alloco (aliments à base de friture), etc.

Immédiatement après, l'orateur a présenté aux journalistes un avant-goût de ces produits cités résultant de la transformation des noix de cajou. Pour qu'ils prennent conscience de la réalité et relaient cette information à la population.

Le chef de projet, responsable du Profiab, a également appelé à effacer les préjugés sur la toxicité de la consommation de noix de cajou en association avec certains aliments, notamment le lait. Elle a été soutenue dans ses propos par un consultant brésilien en noix de cajou, Rodrigo Diognes. Qui a fait valoir que la consommation de pomme de cajou avec d'autres produits n'avait aucun effet sur la santé de leurs compatriotes.

Soulignant qu'elle est guidée par une volonté de voir une augmentation des revenus des producteurs, à travers cette démonstration du potentiel de la pomme de cajou, Veerle Van Waesberghe a indiqué qu'une quinzaine de productrices bénéficient d'une formation sur la transformation.

Elle a appelé les investisseurs à saisir cette opportunité pour la transformation des pommes de cajou en Côte d'Ivoire, en vue de créer des emplois et de la valeur ajoutée pour les producteurs.

A noter que la Côte d'Ivoire est le premier producteur mondial de noix de cajou, devant l'Inde, avec 700 000 tonnes en 2017. Le profiab, financé par le Giz, soutient quatre filières (noix de cajou, oignon, cacao, manioc). Son objectif est que les acteurs de la chaîne de valeur appliquent des approches innovantes et écologiquement durables qui augmentent leurs revenus sans risquer la biodiversité.


Formulaire d'abonnement

(+225) 2722 525 952 / 0143 777 000 / 0554 888 555 © 2021 YES INTERNATIONAL | Conception : Ngomory